DROGUES : LES LIAISONS DANGEREUSES

le résumé

Les risques pour la santé associés à la consommation de drogues sont souvent cités et indéniables. En termes de degrés de risque, on pense généralement qu’ils augmentent selon l’intensité des drogues, les « dures » étant les plus dangereuses ou dommageables.

Cependant, certains mélanges peuvent être fatals. La simple combinaison de drogues dites « douces » (comme le cannabis, par exemple) entre elles ou celle d’autres substances aussi courantes que le café et l’alcool — même en petite quantité — avec d’autres produits, comporte des risques sérieux.

les détails

Mélanges de substances : intensification des effets

Il est fréquent que la consommation simultanée de plusieurs drogues, médicaments ou autres substances (alcool, boissons énergisantes, café) fasse en sorte de multiplier ou intensifier leurs effets. On peut être tenté parfois de consommer une substance pour contrer les effets indésirables d’une autre substance : un dépresseur et un stimulant, par exemple, ou encore l’alcool et une drogue ou une boisson énergisante. Bien sûr, certaines combinaisons sont pires que d’autres, mais même parmi les moins dangereuses, les conséquences peuvent être tragiques ; la coordination des mouvements et le temps de réaction peuvent être sérieusement réduits, accompagnés d’une fausse impression de contrôle et d’énergie. Alors si on prend le volant ou on décide de faire un « bain de minuit »…

Mélanges : les effets indésirables difficiles à prédire

Les chiffres sont là : de plus en plus de Québécois meurent à la suite de cocktails meurtriers de drogues et de médicaments. Mentionnons que la cocaïne (et les produits qu’elle peut contenir) est au premier rang des coupables, car elle peut, à elle seule, causer la mort. Suivent les méthamphétamines (crystal meth), morphine, GHB, MDMA, et fentanyl… Il faut d’autant plus redoubler de prudence que le marché est investi de ces nouvelles drogues de synthèse dont les autorités en santé publique ne connaissent même pas la composition. Fabriquées sans contrôle des processus, leur composition varie d’un laboratoire à l’autre, entraînant des différences notamment quant à leur pureté, leur puissance et leurs effets.

Difficile alors de prédire les effets des combinaisons.

Pour éviter les mauvaises expériences

Le réseau bénévole Tripsit s’est donné pour mission de fournir aux utilisateurs de substances un soutien positif, et des conseils et techniques visant à réduire les risques associés à leur consommation. Bien loin de vouloir encourager l’utilisation de drogues, l’action de Tripsite vise à réduire les mauvaises expériences et à conscientiser les utilisateurs des éventuelles conséquences de leur consommation, et ce, sans porter de jugement. On retrouve sur Tripsit une section entièrement consacrée aux drogues et médicaments qui décrit chaque substance et ses conséquences de manière détaillée.

Tableau : les cocktails à éviter

TripSit a créé un tableau (régulièrement mis à jour) permettant de visualiser, au moyen d’une légende détaillée et d’un jeu de couleurs, le degré de risques associé aux différentes combinaisons de drogues et médicaments, allant de « risque faible » à « très dangereux ». Tel que le rapporte Sciencepost, un magazine spécialisé sur les sciences et découvertes, on y retrouve la majorité des drogues et substances connues comme la cocaïne, la kétamine, le LSD, l’opium, les amphétamines, les champignons hallucinogènes, le cannabis, l’alcool, la caféine, etc. On peut par exemple y constater que la combinaison alcool/kétamine peut s’avérer mortelle, et qu’il en va de même de la combinaison opium/kétamine ou alcool/tramadol.

les conseils du pharmacien

Nous ne pouvons évidemment que vous conseiller de ne pas consommer de drogues ou de médicaments sans ordonnance. Mais si vous choisissez de le faire, il vous faut agir avec la plus grande prudence : ne faire AUCUN mélange avec d’autres substances, médicaments, drogues ou avec l’alcool, et surtout, ne pas hésiter à appeler le 911 en cas de malaise — ou si vous êtes témoin d’un malaise ou d’un trouble chez une autre personne.

En tout temps, vous pouvez communiquer avec votre pharmacien pour obtenir plus d’information et recevoir des conseils pour une utilisation plus sécuritaire des différentes drogues. Si vous ressentez le besoin d’un soutien psychologique, il se fera un plaisir de vous diriger vers les ressources professionnelles appropriées.

liens utiles

Mises en garde

AUTRES SUJETS

Plus d’info…