Le point sur l'eau que l'on boit

le résumé

L’eau est — avec l’air que l’on respire — l’un des deux éléments les plus importants de la vie. On dit que sans eau, on ne peut tenir que quelques jours, mais que sans manger (tout en buvant de l’eau), on peut vivre environ quarante jours. C’est dire son importance !

Combien d’eau doit-on boire ? La célèbre règle des « 8 verres d’eau par jour » prévaut-elle encore ?

les détails

Le corps humain est constitué à environ 65 % d’eau. Ne pouvant être emmagasinée par le corps, elle est éliminée par l’urine, la respiration et la transpiration. Il est donc essentiel de refaire ses réserves pour subvenir à nos besoins, en buvant de l’eau et en mangeant une nourriture qui en contient. C’est mathématique : il faut récupérer l’eau perdue, tous les jours.

Les vertus de l’eau

L’eau que l’on boit se retrouve dans presque tous les espaces de notre corps, notamment dans nos cellules et dans l’espace intercellulaire, le sang et la lymphe. Ses fonctions sont nombreuses et surtout cruciales.

Pour nous en convaincre, le site Passeport santé en énumère les vertus : l’eau maintient le volume de sang et de la lymphe, fournit la salive qui permet d’avaler les aliments, sert de lubrifiant pour les articulations et les yeux, maintient la température du corps, permet les réactions chimiques dans les cellules, permet l’absorption et le transport des nutriments ingérés, permet l’activité neurologique du cerveau, assure l’hydratation de la peau, et élimine les déchets de la digestion et des divers processus métaboliques.

Une belle peau, un poids santé

Au-delà de ces vertus, d’autres bonnes raisons existent pour nous recommander de boire beaucoup d’eau. L’eau peut aider au contrôle des calories et faire partie d’une stratégie de perte de poids. Elle fait aussi bon ménage avec l’exercice : en plus de combler les pertes dues à la transpiration, elle fournit de l’énergie aux muscles, permettant de lutter contre la fatigue musculaire. L’eau participe aussi à embellir notre peau, en enrayant les dommages pouvant être créés par la déshydratation.

Combien d’eau par jour ?

On parlait autrefois de la règle des « 8 verres d’eau par jour », ce qui correspond à environ 1,8 litre. Cette règle a été critiquée, car elle ne reposait pas sur des fondements scientifiques. Aujourd’hui, il est plutôt recommandé d’adapter sa consommation en eau selon sa stature, sa santé et son mode de vie. Bien sûr, certains auront besoin d’une plus grande quantité d’eau selon leurs activités et leur alimentation. Des normes ont été établies par l’Institut américain de la médecine, qui recommande une consommation d’au moins trois litres pour les hommes, et de deux litres pour les femmes, ajoutant toutefois que cette consommation doit être ajustée en fonction de plusieurs facteurs. Les besoins en hydratation varient selon le sexe, les conditions atmosphériques, l’âge, et le mode de vie.

Certains sont d’avis qu’il faut suivre à la fois suivre son instinct et sa raison, résumant ainsi leurs recommandations :

  1. Si vous avez soif, buvez.
  2. Si vous n’avez plus soif, arrêtez de boire.
  3. S’il fait chaud ou si vous faites de l’exercice, assurez-vous de boire suffisamment pour combler les pertes de fluides encourues !

À noter, la soif en soi est un signe de déshydratation (même minime), il est donc préférable d’être prévenant et de boire avant d’avoir très — ou trop — soif. Une bonne manière de savoir si on a besoin d’eau : vérifier la couleur de notre urine, qui sera foncée, le cas échéant.

L’eau dans les aliments

Il ne faut pas oublier qu’on peut aller chercher 20 % de notre apport en eau dans la nourriture que l’on mange, en particulier dans les légumes.

Qualité de l’eau potable : nous sommes bien protégés

Même si nos sources d’approvisionnement en eau potable sont d’excellente qualité, Santé Canada nous rappelle que l’eau dans la nature n’est jamais « pure ». En effet, dans son parcours depuis sa source initiale, l’eau ramasse sur son passage toutes sortes d’éléments, notamment des minéraux, de la boue et de la végétation. Le lessivage des terres cultivées ajoute également des composantes à l’eau : l’écoulement des eaux de pluie et de fonte des neiges dans les terres cultivées ou servant à l’élevage du bétail génère l’acheminement de sédiments, d’agents pathogènes, d’engrais et de pesticides, de sels, etc., qui peuvent polluer les sources d’eau. Il en va de même des activités de certaines industries.

Le Comité fédéral-provincial-territorial sur eau potable (CEP), réunissant des intervenants de toutes compétences, a la responsabilité d’établir les concentrations acceptables des substances pouvant représenter un risque pour la santé. Se fondant sur la recherche scientifique actualisée, le CEP émet des recommandations relatives aux paramètres microbiologiques, chimiques et radiologiques, et esthétiques (odeur et apparence) et opérationnels (usines de traitement) requis pour assurer la qualité de l’eau potable.

Le Canada a adopté une approche à barrières multiples pour de l’eau potable saine, qui permet de parer aux menaces réelles ou potentielles liées à l’eau. Ces menaces peuvent être d’origine naturelle ou résulter d’activités agricoles, industrielles ou récréatives, dans le bassin hydrologique. Cette approche à barrières multiples vise à surveiller le réseau d’approvisionnement en eau potable de sa source jusqu’à notre robinet. Bref, nous sommes bien protégés.

Alors… l’eau du robinet ou l’eau en bouteille ?

Les normes relatives à l’eau du robinet sont les mêmes que pour l’eau embouteillée. Une différence existe toutefois en ce qui concerne la fréquence du contrôle de la qualité et du respect des normes, qui est plus élevée pour l’eau du robinet, mentionnait un expert dans un reportage d’Ici Première.

Eau de source ? Eau minérale ? Eau traitée ?

On trouve différentes sortes d’eau, en bouteilles. Les règles relatives à l’eau de source, issue de nappes souterraines, sont sévères quant à la quantité de sels minéraux et substances qui doivent s’y trouver ou non. Ce n’est pas le cas de l’eau minérale, qui échappe à ces règles. L’eau traitée est prélevée… à même les robinets d’un réseau de distribution municipal, ou d’une source de surface.

Conclusion ? Il serait faux de dire que l’eau embouteillée est de meilleure qualité que l’eau du robinet.

les conseils du pharmacien

Boire une quantité suffisante d’eau tous les jours est certainement un élément important d’une bonne hygiène de vie !

Votre pharmacien est en tout temps à votre disposition pour répondre à vos questions. N’hésitez pas à le consulter !

liens utiles

Choix santé

AUTRES SUJETS

Plus d’info…