Le VIH en 2017

Le VIH en 2017

En 2000, sur les millions de personnes vivant avec le VIH (PVVIH), seules 685 000 avaient accès à un traitement contre le virus. En 2017, elles sont 20,9 millions (sur un total de 36,7 millions de PVVIH) à suivre une thérapie antirétrovirale, qui les maintient en bonne santé et qui réduit le risque de transmission du virus, de 97 %. Ce sont de bonnes nouvelles, puisque l’accès aux traitements est l’une des conditions clés pour atteindre l’objectif 90-90-90 et voir la fin de l’épidémie d’ici 2030. Cependant, la lutte est loin d’être terminée.

L’autotest de dépistage du VIH

L’autotest de dépistage du VIH

L’autotest de dépistage du VIH est un test que l’on peut faire seul, à la maison, sans la présence d’un professionnel de la santé, et dont les résultats sont obtenus en quelques minutes. Il ne remplace pas les tests de laboratoire, et un résultat d’autotest devra être confirmé (ou non) par un test en établissement de santé.

Vaccin contre l’hépatite A : efficace à 100 %

Vaccin contre l’hépatite A : efficace à 100 %

Le virus de l’hépatite A (VHA) connaît actuellement une recrudescence inquiétante, notamment au sein des populations HSH (hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes).

L’hépatite A est une infection transmissible sexuellement pour laquelle il existe un vaccin efficace à presque 100 %, mais aucun traitement.

VIH : qu’est-ce qu’un comportement à risque ?

VIH : qu’est-ce qu’un comportement à risque ?

Les risques de contracter le VIH augmentent considérablement en fonction des comportements adoptés, sexuels ou autres. Tous les types d’exposition n’ont pas les mêmes probabilités de transmission, mais un comportement à risque répété aura l’effet d’augmenter ces probabilités. Pour certains types d’exposition, une seule imprudence peut suffire. On parle d’un « risque réel ».
Mais qu’est-ce qu’un comportement à risque, et qu’est-ce qu’un « risque réel » ?

Vaccin contre le VPH chez les hommes

Vaccin contre le VPH chez les hommes

L’impact du VPH peut être particulièrement négatif chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH). L’incidence du cancer anal est considérablement plus importante au sein de ce groupe d’hommes, comparativement aux hommes en général. C’est ce qui a amené le gouvernement du Québec à offrir, depuis janvier 2016, la vaccination gratuite contre le VPH aux HSH de moins de 26 ans.