Le patient de Berlin : un espoir contre le VIH ?

Le patient de Berlin : un espoir contre le VIH ?

Une seule personne a vu le VIH disparaître complètement de son organisme : Timothy Brown, surnommé « le patient de Berlin », considéré guéri du VIH. Pourquoi son cas très particulier représente un espoir dans la lutte au VIH.

Allègement thérapeutique VIH

Allègement thérapeutique VIH

L’allègement thérapeutique est le sujet de l’heure, tant au sein de la communauté des chercheurs scientifiques que des personnes vivant avec le VIH.

La recherche poursuit sans relâche ses travaux pour tenter de réduire la charge moléculaire des ARV sans en diminuer l’efficacité.

Cet article fait le point sur les stratégies actuellement évaluées.

VIH : divulguer ou non ?

VIH : divulguer ou non ?

La preuve médicale en est faite : chez les personnes vivant avec le VIH et dont la charge virale est indétectable grâce à leurs traitements antirétroviraux, le risque de transmission du VIH est quasi nul — surtout s’il y a usage du condom. Dans ce contexte, doit-on divulguer notre séropositivité à notre partenaire sexuel ?

Lamivudine (3TC), une découverte québécoise qui a sauvé des millions de vies

Lamivudine (3TC), une découverte québécoise qui a sauvé des millions de vies

La découverte de la lamivudine en 1989 a eu l’effet d’une révolution dans le domaine du VIH/sida. Alors qu’auparavant leur espérance de vie dépassait rarement les dix ans, les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) peuvent désormais vivre longtemps et normalement. Et cela, notamment grâce à deux chercheurs québécois, Bernard Belleau et Mark Wainberg, qui ont respectivement découvert cette molécule, puis démontré son efficacité exceptionnelle.

Les effets désirables du traitement anti-VIH

Les effets désirables du traitement anti-VIH

Selon l’OMS, « Toute personne infectée par le VIH devrait commencer le traitement antirétroviral le plus tôt possible après le diagnostic ». On sait maintenant que le traitement précoce a pour effet de mieux protéger le système immunitaire et donc de maintenir les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) en bonne santé, de prolonger leur vie, et de réduire les risques de transmission du virus, d’où cette récente recommandation.